Boîte à Outils



La Boîte à outils


La Boîte à outils fut une collection de hors-série de la revue Institutions-FIAC dirigée par Pierre Delion et Jean Oury de 2011 à 2015, et créée pour accueillir des textes fondamentaux, introuvables, inédits ou à rediffuser, comme autant d'outils supplémentaires à la psychiatrie, la psychanalyse, la psychothérapie et la pédagogie institutionnelles.

En même temps que l'essor pris par la revue Institutions au sein des associations culturelles et au-delà, cette collection s'est associée à l'enjeu, cher à Jean Oury, d'élargir l'espace fédératif à l'aide de reproduction d'ouvrages gérés ou co-gérés par la FIAC, créant de fait d'autres liens institutionnels. 

De janvier 2011 à mars 2015, 11 ouvrages ont ainsi paru sous cette forme de hors-série, dont les commandes sont disponibles auprès de Institutions-FIAC ou auprès des auteurs responsables.

Elisabeth Gailledrat

Responsable éditoriale revue Institutions-FIAC, depuis octobre 2002
Présidente des Éditions Le Pli
Directrice collection "Psychanalyse" aux Éditions Hermann


*  *  * 

Catalogue


Février 2011
Hélène Chaigneau, Paroles 
Préface Michel Balat, avant-propos Lise Gaignard
“ Je crois que le nerf de la psychothérapie institutionnelle, c’est bien cette tendance anti-consensuelle, cette absence de peur du conflit pour laisser s’installer et triompher paisiblement l’atitude qui consiste à regarder le conflit en face et voir ce qu’on peut en faire, arriver par une analyse tous ensemble à distinguer le compromis inévitable de la compromission condamnable.“ Hélène Chaigneau. 20€



Mars 2011
Jacques Schotte, Nosographie 
Argument Olivier Legré, avant-propos Pierre Delion
Reproduction du cours de Jacques Schotte de 1977-78 présentant une systématisation inédite de la pensée psychiatrique s’opposant par là à l’indigence et aux ravages du DSM. 
[...] Il s'agit là d'une mise en place d'opérateurs rigoureux, réarticulés à partir de la psychanalyse, la phénoménologie et la pensée psychiatrique européenne. Olivier Legré. 20€

Novembre 2011
Walter Muschg, Freud écrivain 
préface Jacques Sédat
Cet essai date de 1930, année où Freud, “tout enemble écrivain, savant et combattant“, se voit décerner le prix Goethe. Il montre la parenté entre la méthode d’écriture de Freud et sa méthode psychanalytique. 
Traduction, introduction, annotations de Jacques Schotte. 15€



Avril 2012
Fernando Vicente, La parole en psychiatrie. Encore efficace ? 
Préface Jean Oury, argument Pierre Delion, avant-propos Michel Balat, postface Jacques Tosquellas.
"En proposant le terme de chronicité vivante, Fernando revient sur une différence effectuée en 1964 par Bonnafé, Mignot et Le Guillant entre chronicité et sédimentation. La première est consubstantielle de la maladie mentale et la seconde résulte de l’abandon de la prise en compte de la première. Donc pour que la chronicité ne fasse pas peur aux gens comme c’est encore trop souvent le cas, et que le résultat de cette peur soit la sédimentation, Fernando nous propose de la rendre vivante. Génial, non ? Dans cette vivance à inventer, gît la psychothérapie institutionnelle. À quoi sert un club thérapeutique ? À quoi servent les réunions de travail clinique réalisées entre soignants, et quelquefois avec les patients eux-mêmes ? À quoi sert la réflexion sur la déhiérarchisation statutaire pour laisser émerger une hiérarchie subjectale ? Sinon à rendre ces lieux de déréliction de la folie, habités par des personnages délirants quichottiques et daliesques, vivants et en liens avec les personnes qui les prennent en charge.  Pierre Delion 15 €
Lire l'argument de Pierre Delion en son entier plus loin



Septembre 2013
François Tosquelles et la décence ordinaire, Nantes, 12 octobre 2012sous la direction de Guy-Arthur Rousseau, préface de Pierre Delion, Actes de la journée de Nantes enrichis d’un cahier de l’exposition Création et folieAssociation Continuo Ostinato 20€




Octobre 2013
Jean Oury, La décision, séminaire de Sainte-Anne 1985-1986 
en compagnie de Jean Ayme, Fernand Oury, Pierre Delion, Danielle Roulot et de nombreux intervenants. 
De septembre 1985 à juin 1986, dix séances du séminaire de Jean Oury, dont celle du mois de mars qui est une monographie de Fernand Oury. 

Année de travail avec l’art de Jean Oury de mettre en mouvement la question. Estce que ça existe la décision ? Qui décide ? La décision de quoi ? Que décide-t-on ? À quel niveau topique ? Et s’il s’agit d’une fonction décisoire, qu'en est-il de cette fonction ?
L’Autre est au cœur de soi‐même bien avant qu’on le sache", mais : Qu’est‐ce que l’acte ?  C’est un transfert d’angoisse. Et l’acte thérapeuthique ? Au niveau le plus concret, Jean Oury rappelle les paroles d’Emmanuel Lévinas : Nous sommes responsables de la responsabilité d’autrui”. 25€
  
Mars 2014
Jacques Tosquellas, Francesc Tosquelles. Ses vices constitutionnels : psychiatre, catalan, marxistePréface Pierre Delion. Avec les textes de Enrique Serrano Guerra, Fernando Vicente, Michel Tosquelles, Antoine Viader, José Garcia Ibanez.
Jacques Tosquellas a “réussi le pari”, comme le dit Pierre Delion dans sa préface, de faire revivre la présence de son père et de nous transmettre toute sa vivance psychique et symbolique. Articulant l’action, l’œuvre et la vie de son père, Jacques Tosquellas témoigne d’une grande générosité à nous confier des souvenirs précis autant que privés et à aborder la question de l’analyse de l’“institution” de manière exhaustive. Entouré de cinq “frères”, Jacques Tosquellas ouvre ainsi autant de témoignages que de souci de partages, dans un style des plus toniques... 25€ 



Septembre 2014
Francois Tosquelles, Archives complètes, chantier I 1928-1943, Sardanes, 
sous la direction de Jacques Tosquellas, préface Patrice Hortoneda.
L'initiative de Jacques Tosquellas de rassembler des textes de son père, dispersés depuis 1928, permet de publier de nombreux volumes.
Ce premier chantier inaugure de nombreux autres volumes à venir. Il s’agit non seulement d’empêcher l’amnésie d’œuvrer, mais d’empêcher tout “vol de l’histoire” – au sens de Jack Goody d’éviter toute mainmise d’une histoire dominante sur une autre – tant sur le travail de François Tosquelles, sa pratique, ses positions de psychiatre ou de citoyen engagé, mais par là et au-delà, sur une grande partie des mouvements qui ont secoué la psychiatrie, en France ou ailleurs. Ce travail de devoir d’histoire fait face aux attaques mortifères permanentes menées contre une psychiatrie à visage humain, qui continue à considérer l’autre souffrant comme un sujet à part entière, un homme parmi les autres hommes. 20€




Octobre 2014
Jean Oury, Hiérarchie et sous-jacence, séminaire de Sainte-Anne 1991-1992 
En compagnie de Jean Ayme, Pierre Delion, Danielle Roulot, Hélène Chaigneau, Michel Balat, et de nombreux autres intervenants.
Jean Oury : [...] Je suis pour les hiérarchies absolues, pour la hiérarchisation. Que chacun soit différent de l’autre, qu’il y ait une hiérarchie extraordinaire des fonctions, c’est ça la hiérarchisation ! 
[...] Ce qui est en question comme instrument de hiérarchisation fonctionnelle, multiple, hétérogène, qui favorise la singularité de chacun, c’est essayer de mettre en place quelque chose qui soit antihiérarchique et que je pourrais appeler provisoirement un système en réseaux. Tosquelles l’appelle filet institutionnel. Je lui ai dit : les nœuds du filet sont des nœuds ouverts... 
[...] Quelles sont les conditions d’articulation entre les systèmes hiérarchiques et la sous-jacence ? Comment définir le site où il y a une collusion entre ces deux dimensions ? À quel niveau ? 
[...] c’est la hiérarchisation de la distinctivité. 
22€





Février 2015
Jean-François ReyConstellations. Henri Maldiney et la psychothérapie institutionnelle
Henri Maldiney (1912-2013) a marqué de son empreinte la phénoménologie de langue française. Jacques Schotte, qui fut son élève et son ami, disait de lui qu’il était "le plus méconnu des grands et le plus grand des méconnus". Marginalisé à l’université, son action auprès des psychiatres majeurs du siècle dernier (Binswanger, Roland Kuhn, Jacques Schotte, Jean Oury) fut considérable.

Son nom est associé à une compréhension existentielle de la folie : fécondité exceptionnelle de l’alliance entre anthropologie phénoménologique, psychiatrie et psychothérapie institutionnelle. Exceptionnelle surtout à l’heure où la psychiatrie est en train d’être démembrée, piétinée, exclue des études médicales et où dominent les grandes orientations de la "santé mentale" administrée.

Mais cette pensée forte et originale mérite aussi une approche moins académique que ce qu’on aurait pu croire. Les concepts fondateurs de la psychothérapie institutionnelle (institution, accueil, rencontre, pathique, pathoplastie) sont ici interrogés dans leur lien original avec la philosophie d’Henri Maldiney.

La collaboration avec Jean Oury, si présent dans ces pages, était une pensée en commun qui ne se bornait pas à la clinique en un sens restrictif, mais investissait l’art, la création et la schizophrénie (Art brut, Francis Ponge, parmi d’autres).

En se plaçant sous le nom même de "constellations transférentielles", ce livre se présente non seulement comme une lecture d’un grand philosophe qui se donnait pour tâche de "penser l’homme et la folie", mais surtout comme la défense et l’illustration d’un libre exercice du traitement des psychoses et de l’accueil qu’on leur ménage (le transfert dissocié, la lutte contre la pathoplastie) et de cette inventivité qui délie et relie les dispositifs, les groupes, les sous-groupes, bousculant les hiérarchies statutaires.

Maldiney, qui n’ignorait rien de ces développements, a su montrer que la sortie hors des crises dépressives, mélancoliques ou de la dissociation schizophrénique impliquait qu’on interroge à nouveaux frais les notions de projet et d’autonomie, pour mettre l’accent sur l’ouvert.

Être dans l’ouvert, c’est accepter de se laisser surprendre par la rencontre d’une personne ou d’une œuvre d’art. Mais c’est aussi se disposer à changer à partir de cette surprise même : transpassibilité si souvent bloquée dans la psychose et dont le retour chez le sujet manifeste le lien renoué avec son histoire.
À cette fin, il faut du temps, une pratique de la parole libre et des circulations que l’établissement de soins ménage et autorise. C’est ainsi qu’il faut comprendre cette formule de Maldiney : "L’homme est en situation dans la psychiatrie, comme la psychiatrie est en situation dans l’homme". 22€ 



Ce deuxième volume des archives de François Tosquelles couvre les années 1943 et 1944. 
Suite au premier chantier, il en partage le même enjeu d'empêcher non seulement l’amnésie d’œuvrer, mais d’empêcher tout “vol de l’histoire” – au sens de Jack Goody d’éviter toute mainmise d’une histoire dominante sur une autre –. 
C'est dans les paroles de Tosquelles  en 1943 que se révèle déjà la base de la psychothérapie institutionnelle : l'enseignement certes, et ici ces témoignages vivants des notes de cours réalisés à Saint-Alban, mais aussi et surtout la nécessité d'analyse des défenses des soignants et de l'établissement en face du “fou”. Ce qui comte, c'est “l'idée thérapeutique” qui doit présider à l'organisation d'une "assistance rationnelle”. "La direction doit être pédagogique et médicale". Plus encore, la direction doit être psychiatrique. 20€





* * * 



INSTITUTIONS FIAC : Fédération Inter-Associations Culturelles
Revue INSTITUTIONS c/o Clinique de La Borde 41700 Cour-Cheverny
tel. 02 54 79 77 70 – fax 02 54 79 77 96

Paiement à réception de facture (chèque, virement ou paypal)


* * * 



Depuis avril 2015, La Boîte à outils s'est engagée dans une nouvelle formule
gérée par les Éditions d'Une
Elle est co-dirigée par Pierre Delion et Yannick Oury Pulliero
Renseignements : ICI





* * * 





Suite du livre de Fernando Vicente 
Argument de Pierre Delion
Fernando Vicente, La parole en psychiatrie. Encore efficace ?

Dans ce récit très vivant et fourmillant de pistes hétérogènes, plusieurs lignes de réflexions apparaissent à l’œuvre qui font du texte une polyphonie très utile pour les personnes intéressées par une psychiatrie à visage humain, mêlant un lamento sur l’état actuel de la psychiatrie, des patients, de leurs professionnels et plus généralement sur le sociétal contemporain, un chœur à plusieurs voix, chacune d’entre elles racontant des histoires singulières de rencontres multiples et variées qui ont compté pour l’auteur dans son parcours, et une basse continue, Francesc Tosquelles, sorte de roc polymorphique, riche de tant de minerais différents, qui assure une des bases de l’édifice que construit Fernando au long de sa vie avec d’autres.
Mais c’est également une histoire très touchante, car avec les éléments théoriques de sa réflexion, il associe toujours, « permanemment » disait Tosquelles, des moments de vie : les larmes de Tosquelles à la lecture de la lettre à Madame Delaunay « Vous n’avez rien compris à mon pays... », les fragments quelquefois elliptiques, souvent lumineux, d’histoires de patients, de souvenirs avec ses fils, de ses fonctions diverses de psychanalyste, de « superviseur » (« épiscope » disait Tosquelles), de citoyen hispano-français, sont toujours là pour éviter de dériver dans un courant qui porte sur les écueils ou d’idéaliser dans un ciel sans nuages. Ce faisant, les réflexions de ce quasi philosophe sont reliées à la terre, celle sur laquelle les pieds fabriquent, tel un tombeau dédié à Machado, le chemin en marchant...
Si les premières pages de citations semblent un peu fastidieuses dans une première lecture, on comprend après qu’elles introduisent le texte dans le souci de ne pas refuser les voies actuelles d’explication du monde. Les symptômes, avant d’être ces réductions contemporaines, étaient pour les médecins antiques éligibles au rang de signes, avec toute la part insue qu’ils peuvent receler en eux. Delphes et les relectures proposées par Michel Balat à sa fonction pythique, savent rendre à ces prolégomènes de la sémiotique toute leur importance dans la démarche de recherche du sens, sans se précipiter trop vite vers la seule signification.
D’ailleurs Fernando passe aussitôt à la question du sujet de l’inconscient pour marquer l’ampleur de la révolution psychanalytique et l’insistance que Lacan a accordée au retour à la lettre freudienne pour mieux en déduire les conséquences, y compris en matière de psychothérapie des psychoses. On y apprend au passage que la position d’« objectivité subjective » est un outil précieux dans la valise du voyageur psychiatrique en institution. Mais Tosquelles, Oury et quelques autres ont beaucoup milité pour que l’institution et les institutions soient lues comme l’instance topique nécessaire à la déclinaison des formes possibles de psychothérapies des psychoses. Accueillir et prendre en charge, sur nos épaules psychiques, les personnes psychotiques comme s’il s’agissait de sujets névrosés, présente plusieurs risques signalés par Fernando, parmi lesquels la prescription exclusive de médicaments ou l’externement arbitraire sont les plus visibles dans la série de l’abandon des plus fragiles aux contre-indications de la psychanalyse. La première au titre de l’impuissance de la parole dans le champ des psychoses a rendre compte de quoi que ce soit, voire à transformer des actes en éléments de compréhension, renvoie le patient vers la seule solution médicamenteuse comme guérison symptomatique, à la plus grande satisfaction des laboratoires pharmaceutiques, tandis que la deuxième résulte d’une pensée toujours à l’œuvre aujourd’hui, et elle, reprise par les technocrates, rendant responsable l’hospitalisation des maux qui la nécessitent. Combien de morts sont elles le résultat peu ou prou de ces casuistiques douteuses ? Ne peut-on pas penser les institutions autrement qu’en termes entropiques et plus précisément en termes d’humanité ? Tosquelles, Oury et les autres, en inventant la psychothérapie institutionnelle viennent nous dire, et Fernando sait de quoi il parle, que l’institution est le mal nécessaire pour la psychothérapie des psychoses, et il faut le dire, des personnes présentant des pathologies complexes construites autour des dysharmonies psychotiques. Ou de toutes les autres pathologies graves du champ psychiatrique.
En proposant le terme de chronicité vivante, Fernando revient sur une différence effectuée en 1964 par Bonnafé, Mignot et Le Guillant entre chronicité et sédimentation. La première est consubstantielle de la maladie mentale et la seconde résulte de l’abandon de la prise en compte de la première. Donc pour que la chronicité ne fasse pas peur aux gens comme c’est encore trop souvent le cas, et que le résultat de cette peur soit la sédimentation, Fernando nous propose de la rendre vivante. Génial, non ? Dans cette vivance à inventer, gît la psychothérapie institutionnelle. À quoi sert un club thérapeutique ? À quoi servent les réunions de travail clinique réalisées entre soignants, et quelquefois avec les patients eux-mêmes ? À quoi sert la réflexion sur la déhiérarchisation statutaire pour laisser émerger une hiérarchie subjectale ? Sinon à rendre ces lieux de déréliction de la folie, habités par des personnages délirants quichottiques et daliesques, vivants et en liens avec les personnes qui les prennent en charge. La chronicité vivante n’est pas un donné de l’expérience, elle est le résultat asymptotique d’un énorme travail toujours à remettre sur le métier pour ne pas s’en laisser compter par les idéologies du grand soir psychiatrique et autres fadaises antipsychiatriques. Elle est la justification des décennies de travail et de réflexion des équipes de psychiatrie qui continuent l’expérience de Saint- Alban et de la Borde et de quelques trop rares expériences dans cette lignée féconde. Voilà presque un mot d’ordre pour les soignants d’aujourd’hui : « Arrêtez de déprimer et de pleurer sur le bon temps passé ! Rendez la chronicité vivante ! »
Dans cette perspective les éléments apportés par Fernando sur la transmission, le transfert, la supervision et bien d’autres concepts abordés au cours de son récit, deviennent autant d’éléments qui peuplent par nécessité la vie d’une institution, d’une équipe de psychiatrie, d’une équipe pédagogique, leurs réflexions collectives, leurs difficultés, leurs souffrances et leurs avancées. La chronicité n’est plus un mot qui vient dire tout haut ce qu’une certaine psychiatrie tend à cacher en développant une attention exclusive sur les urgences et la psychiatrie aiguë, sans penser une seconde que les signes de souffrance sont à comprendre dans la durée de nos transferts, mais elle devient une locution qui réaffirme que la psychiatrie a pour mission de prendre en charge les patients chroniques – l’urgence en psychiatrie caricature la souffrance de patients chroniques pour qui l’urgence est quotidienne – tout au long de leur existence et nous met en demeure de les soutenir – fonction phorique – tout le temps qu’il faudra. Les patients nous attendent au tournant de la durée. Et notre éthique nous commande de construire notre exercice de la psychiatrie en référence à cette dimension existentielle fondamentale. Tosquelles, Oury, Fernando Vicente font partie de ces personnes qui nous aident à tenir ces engagements, certes sans solennité, mais avec vigueur et sans compromission.
Pierre Delion




* * *







Aucun commentaire:

Publier un commentaire